Bienvenue sur le blog !

Mes merveilleux stagiaires 2020

Je n’ai pas souvent accueilli de stagiaire. Après une première expérience avec Léa en 2019 qui était en seconde, j’ai décidé finalement de renouveler l’expérience chaque année. En 2020, j’ai donc accueilli Louis, en BTS photo et Justine, en stage d’observation de 3ème. J’ai aussi décidé de les faire travailler un petit peu et d’avoir un retour sur leur stage. Voici donc ce qu’ils ont bien voulu partager avec nous.

Mes merveilleux stagiaires 2020

Louis, 19 ans, BTS photo à l’école CE3P

Hello Louis ! Alors dis-nous un peu qui tu es ?

Je m’appelle Louis Thoprieux, j’ai 19 ans, et je suis en première année de BTS photographie à l’école CE3P. J’ai effectué le stage pendant un peu plus d’un mois à la sortie du confinement. Et même si le mot stagiaire à des connotations souvent négatives qui rime souvent avec café, c’est avec un grand plaisir que je peux affirmer qu’il n’en n’est rien… :)

ATTENTES / Qu’elles étaient tes attentes avant le stage ?

A vrai dire, je n’avais pas forcément d’idée précise de ce que je recherchais, ni de ce que j’attendais. Je voulais découvrir le métier, en voir les mécanismes et ses subtilités et ça s’arrêtait là. Mais une fois en stage, l’envie d’en apprendre encore plus sur des domaines bien précis est arrivé ! Manière de travailler, lieux, contacts, clientèle, relationnel… Une question en amenant une autre, j’ai vite compris que ce métier et tous ses aspects recelaient bien plus de petits détails et astuces que je n’aurais pu l’imaginer au départ. Évidemment, je devais garder une dominante scolaire dans mon travail, une dominante de prise de vue en l’occurrence. Et je n’ai pas été déçu, entre les backstages, prises de vue de produits et les différents lieux et clients que j’ai pu voir, j’ai pu étoffer mon oeil et ma technique photographique ! 

APPRENTISSAGES / Qu’as-tu appris concrètement pendant ce stage ?

1. La prise en vue lifestyle, à domicile ou en extérieur

J’ai commencé ma formation avec des shooting bébé et famille. Nous allions tantôt chez les clients et tantôt nous nous rejoignons sur des spots pour la séance. Une fois sur place j’effectuais des backstages afin de mettre enavant la manière dont travaille Agnes. Ils m’ont permis de m’améliorer en terme de technique photographique mais également d’aider à la communication du site d’Agnès. S’il y a bien une chose que j’ai retenue et tout particulièrement avec les séances bébé, c’est l’importance du relationnel entre nous, bébé et la famille. C’est une des clés, si-ce-n’est LA clé d’une séance réussie.

Aussi, en fin de première année de BTS photo, j’avais l’habitude d’utiliser tout une myriade de matériel d’éclairage… et à mon grand étonnement Agnes n’en utilise jamais ou quasi-jamais ! J’ai donc appris à maîtriser la lumière naturelle, la comprendre et jouer avec. 

2. Le shooting en studio

Agnès loue un studio à Paris 18 : Les Pavés bleus, lui permettant ainsi de rajouter la photographie studio à ses prestations. Elle y propose des séances portraits, grossesse et famille. Je suis d’ailleurs passé devant l’objectif ! Un aperçu du métier un peu différent, mais qui permet de comprendre ce que peuvent ressentir nos modèles.

portrait-professionnel-original-paris-agnescolombo
portrait-studio-paris-agnescolombo
portraitadoparis-agnescolombo
3. Le shooting produit

Pour ce type de shooting, il s’agit d’être efficace et organisé ! Mais il faut aussi avoir un équipement et du matériel studio de qualité professionnelle pour ne pas perdre de temps !

shooting-produit-paris
4. Le post-traitement

Rentrons un peu plus dans mon domaine de prédilection : le post-traitement de l’image. En tout premier lieu, les photos sont triées consciencieusement pour ne garder que le meilleur du meilleur ! Ensuite et durant ce stage, j’ai pu voir la manière de travailler d’Agnès et donc, sa manière de traiter ses images après shoot. Agnes à une manière de traiter ses photos très naturelle, sans excès ni retouche superflue. Elle préfère garder l’ambiance du lieu, et surtout le caractère de la personne photographiée, y compris ses petits défauts qui n’en sont pas ! Ce que je salue. 

Agnes se sert principalement de lightroom pour ses retouches et étant un férue de photoshop, je ne maitrisais pas énormément lightroom avant de faire ce stage. Je salue donc encore nouvelle une fois ce stage pour m’y avoir fait progresser. Enfin, une fois la retouche effectuée, le tout est envoyé sur une galerie personnalisée au client pour sa récupération et sa finalisation !

5. Le Relationnel :

Le relationnel est une des partie la plus importante du boulot de photographe. Si j’ai bien compris quelque choses des séances photo bébé, c’est que mettre en confiance les parents, c’est mettre en confiance les enfants ! L’un ne va pas sans l’autre. Les parents ont besoin de sécurité, de conseils, de directions à suivre.

Ensuite, il y a le relationnel bébé et la petite enfance. Les enfants ont besoin de distractions, de fun et d’astuces pour que la séance se passe bien et que les enfants soient complices de la séance ! Les bébé, eux, ont au contraire, besoin de plus calme, de tendresse et de douceur. Des astuces et des petits tips qu’Agnès maîtrise parfaitement et dont j’ai, à mon tour, appris à maîtriser (dont celle de l’oiseau rouge que je ne saurais vous raconter tant il faut la voir à l’oeuvre !).

6. Le web

La deuxième partie de mon stage s’est focalisé sur la partie web du travail de photographe. Une partie importante qui se joint à la partie communication. Bref, Agnès m’a formé sur le fonctionnement d’un CMS, soit “Content Management système” et plus précisément sur WordPress. La formation web a été assez complète, les notions de SEO ou référencement naturel, blogging, page d’info ou galerie en ligne ont été abordées et m’ont été d’une grande aide pour l’après-stage.

7. La communication

C’est LA partie la plus importante du métier de photographe ou tout simplement du statut d’indépendant ! Réponses et demandes clients, utilisation des réseaux sociaux, les concours sur insta, la newsletter, le réseaux professionnel et j’en passe ! Le “clic-clac merci kodak” n’est qu’une infime partie du métier…

8. La gestion d’entreprise

Agnès a été très transparente concernant l’entreprise et ce qui gravite autour. Pour ce qui est des devis et facturations, c’est sur Freebe qu’elle travaille ! Un outil de gestion pour indépendant et freelance.

Agnes travaille sur des grilles strictes, ses tarifs débutent à 200€. Les prix varient en fonction du nombre de photos, et des options prises en plus. Si vous voulez en savoir plus, vous trouverez tout sur ses pages spécialisées.

Et qui dit gestion d’entreprise, dit obligatoirement Workflow et organisation ! Je vais sortir une phrase que j’ai dis je ne sais combien de fois pendant le stage ! « Ton organisation, eh bah, elle est carrée ! » Post prod’, preset, communication, livraisons des images, relances… Tout est fait pour être efficace, tout en permettant un bon relationnel avec les clients !

REFLEXION METIER / Est ce que le métier correspond à l’idée que tu en avais ?

Avant le stage, la photographie de bébé et petite enfance n’était pas du tout mon domaine et pour être très franc, les bébés, ça ne m’intéressait pas tant que ça ! Je cherchais avant-tout, un stage de photographie chez un indépendant ! C’est ça que je voulais savoir ! Comment vivre une vie d’indépendant en photographie ! C’était quoi véritablement la vision des choses d’un indépendant !

REFLEXION STATUT / Comment abordes-tu le statut d’indépendant et de travailler à son compte ?

Être indépendant c’est en premier lieu, une manière de vivre. Une loterie de la vie avec des vrais risques et des vrais bénéfices ! Être indépendant c’est choisir son temps, le temps qu’on alloue au travail, à l’argent et le temps de prendre soin de soi et des autres. C’est une vision des choses. C’est se sentir véritablement utile dans la société mais avec le risque que tout s’arrête du jour au lendemain, sans possibilité de se projeter sereinement (Mais ça, ça va, Agnes y arrive plutôt bien) !

Une autre réflexion et question que j’avais sur le métier c’était : Comment on s’en sort ! techniquement je veux dire, comme on s’organise pour tout gérer tout seul ! Eh ben justement, j’ai appris qu’on est pas seul ! La voilà la clé ! Le réseau aide énormément ! Et par réseau, j’entend tout le monde ! Amis, proches, collègues, tout le monde ! Tout le monde est une potentielle source de travail ! Agnes travail beaucoup au bouche à oreille et si elle m’a bien appris une choses c’est : « Chérissez votre réseau professionnel et amical et il vous le rendront en triple ! »

La relation avec les anciens et nouveaux clients et donc l’importance de la fidélisation sont elles aussi des clés de la réussite du métier d’indépendant. Pareil pour la concurrence ! N’ayez pas d’ennemis ! Au contraire, démarquez vous et soyez unique de votre travail ! Ah et aussi, petits tips de stagiaire, soyez organisés, c’est mieux et ça aide pas mal quand on est charrette, niveau temps !

Je ne pense pas en faire mon métier. Bien qu’Agnès ait complètement réussi à me faire aimer ces petites trognes de bébés, que je n’aimais pas forcément à la base. Ce stage m’a montré que la vie d’indépendant, bien que trépidante n’est pas forcément de tout repos et c’est peu de le dire ! Donc c’est un « non » de ma part, ou plutôt « un pas pour l’instant », voir un « après peut-être… »

RETOUR GLOBAL / Alors ce stage ?

J’ai commencé mon parcours scolaire dans le graphisme ça m’allait bien mais ce n’était pas assez ! Je voulais trouver un moyen de m’exprimer et qui me correspondait vraiment !  Et aussi contre-intuitif que ça puisse paraître, je n’ai jamais vraiment aimé tout créer de toute pièce, je préfère de loin modeler le réel et l’existant, pour donner ce que MOI je veux ! J’ai donc décidé de faire un BTS en photographie… là ou l’on maîtrise la lumière.

Je dois bien avouer que je viens d’une famille de graphistes et d’artistes, donc forcément les rails étaient déjà là ! Mais les rails ne font pas tout ! Une fois le choix de filière fait, il faut encore choisir son « mode de vie » et pour ça, Agnès m’a bien aidé. Entre indépendant ou non, la différence de vie se fait sentir et c’est un réel choix qu’il faut faire. Encore une fois et même si le stage avec Agnès a été pour moi une véritable découverte, le monde de l’indépendance et sa vision des choses, avait déjà été familier, due a ma famille et donc forcément à ma propre vision des choses.

Une fois ce stage fini, il est maintenant temps de m’atteler à ma deuxième année de BTS, qui va s’annoncer assez costaud ! Ensuite, eh bah… on verra bien ce que demain me réserve ! Enfin et pour conclure une bonne fois pour toute. Je finirais par citer les maîtres mots de mon stage et par conséquent, les maîtres mots d’Agnès ! « Dans la vie, si on veut y arriver, faut croire en soi, être un battant et surtout partir avec l’idée en tête qu’il n’y a pas de problème ! Jamais ! Toujours être positif quoi qu’il arrive ! »

S’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème.

Jacques Rouxel 

ET MOI ALORS ! Mon retour à moi ;-)

Louis a été un stagiaire très investi avec une soif d’apprendre incroyable ! Il a été à l’écoute de tous mes conseils, et les a mis en application aussitôt. Il a aussi su s’adapter à mon agenda en venant travailler les week end. J’ai été ravie d’avoir Louis à mes côtés durant ces quelques semaines. Et je serais très heureuse de le retrouver une prochaine fois !

Justine, 14 ans, stage d’observation de 3ème

Hello Justine ! Alors dis-nous un peu qui tu es ?

Je m’appelle Justine, j’ai 14 ans 3/4 et je suis en troisième !

ATTENTES / Qu’elles étaient tes attentes avant le stage ?

Je pensais faire plein de photos, apprendre plein de techniques de photographie, apprendre à retoucher des photos et en apprendre un peu plus sur le métier de photographe.

APPRENTISSAGES / Qu’as-tu appris concrètement pendant ce stage ?

J’ai appris à retoucher des photo avec le logiciel Lightroom, à prendre des photos cadrées et j’ai également appris qu’être photographe est un métier qui demande beaucoup de temps et de patience. Pour offrir des clichés de qualité, il faut aimer son métier et se donner les moyens de réussir. J’ai aussi mieux appris à me servir de mon appareil photo et à présent, dès que je sors mon téléphone pour prendre une photo, je me souviens de tout ce que j’ai appris pour obtenir un bon rendu.

stagiaire-photo-paris

REFLEXION METIER / Est ce que le métier correspond à l’idée que tu en avais ?

Pas du tout. Je ne m’attendais pas à autant d’administratif. En fait, je crois que je voyais la partie émergée de l’iceberg : je pensais que ce métier consistait à prendre des photos et à les retoucher. Mais pendant ce stage, j’ai aussi vu la partie immergée de l’iceberg et j’ai pris conscience qu’être photographe, c’est beaucoup plus que ça. 

REFLEXION STATUT / Comment abordes-tu le statut d’indépendant et de travailler à son compte ?

Je pense que travailler librement est incroyable. Le fait qu’il n’y ait pas de limites,  de pouvoir créer à notre guise, de décider de tout sans que personne ne nous en empêche m’enchante vraiment. Être indépendant est l’unes des caractéristiques du métier que je préfère le plus !

RETOUR GLOBAL / Alors ce stage ?

J’ai adoré apprendre aux côtés d’Agnes et voir ma progression au fil de la semaine. Ce stage ne s’est pas déroulé comme je l’avais imaginé, il était encore mieux et je suis très heureuse de connaître toutes ces notions en photographie. Un grand merci à Agnès pour m’avoir accueillie en cette période difficile !

ET MOI ALORS ! Mon retour à moi ;-)

Justine a été une stagiaire très impliquée et autonome. Une semaine de stage est très court pour pouvoir se faire une idée du métier. Mais Justine s’est montrée très intéressée et n’a pas lorgné sur des « heures supp » pour en apprendre davantage !

Portrait-stagiairephoto-paris-agnescolombo

Mon investissement auprès des stagiaires

Alors oui, des stagiaires ça demande du temps. Ce temps, il faut le trouver au milieu des innombrables choses à faire en étant à son compte. Mais je suis ravie aujourd’hui de dire que j’ai la chance de pouvoir accompagner et « éduquer » ces jeunes au métier. Non pas au métier de photographe, mais d’entrepreneur tout simplement. Parce que ces précieux éléments, que j’ai mis plus de 10 ans à acquérir, et dont ils n’en retiendront que peut-être 10%, pourra leur permettre d’aiguiser leurs choix et les aider peut-être à trouver leur voix. Les jeunes sont l’avenir du monde, aidons-les à se trouver, pourquoi garder pour nous ce qu’il nous est possible de partager. Je suis honorée de leur présence et de leur investissement. Il suffit parfois juste d’un « prof » passionné et surtout impliqué pour donner l’envie d’aller plus loin.

0 Commentaires
Ajouter un commentaire...

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

    Articles récents

    contact

    Gardons le contact !

    Réponse assurée

    sous 24h

    Depuis 2011, je mets un point d'honneur à répondre à l'ensemble des demandes dans les 24h. Si jamais vous n'avez pas de retour de ma part, n'hésitez pas à me recontacter par téléphone ou à vérifier vos spams !

     

    STUDIO Les pavés bleus

    4, rue Piemontesi - 75018 Paris, France

    Sur RDV uniquement

     

    TEL : 06 32 55 84 98

    envoyer

    Formulaire envoyé avec succès, merci !Erreur d'envoi, merci de ré-essayer !

    Suivez-moi sur instagram !

    Suivez-moi sur instagram !

    Suivez-moi sur instagram !