agnescolombo-photographebebeparis

BIENVENUe !

 

Je vous laisse découvrir mes images et les jolies histoires que j’ai eu la chance de photographier.

LE BLOG

Une histoire de retouche…

Une histoire de retouche

Aujourd’hui un article un peu particulier en réponse à la question préférée de mes clients : « Est ce que tu retouches les images ? Tu photoshop ? » Parce que qui dit photographe professionnel, dit sensiblement retouche dans l’idée générale. Or, je ne suis pas tout à fait de cet avis.

Une histoire de retouche

Retouche un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… pas du tout ?

La photographie tout comme l’art est très subjectif mais. Mais de mon point de vue, en voulant faire de la forme à tout prix on en perd le fond qui pour moi est LA BASE du rôle de la photographie.

Nous avons je pense en tant que photographes professionnels un rôle sur l’éducation de l’image auprès de nos clients. Comment parler du rapport à l’image qu’ont les jeunes – et pas que les jeunes d’ailleurs – dans ce monde rempli d’images sur-retouchées et dénaturées de toutes sortes ? Devons nous avoir honte de ce que notre corps est, de nos émotions, de qui nous sommes tout simplement ? Est ce qu’une peau lisse et sans défaut raconte quelque chose ? Est ce que des couleurs passées ou sur-saturées révèlent la réalité ?

Je ne fais pas de la photographie pour que les gens se trouvent beaux ou ce qui semble être les critères de beauté reconnus aujourd’hui de part la presse ou les réseaux sociaux. Je fais de la photographie pour seul but de donner aux gens un moyen de se souvenir comme un devoir de mémoire. 

Il existe pour moi 2 sortes de photographes. Professionnels seulement parce qu’on décide de le payer pour ses prises de vue et non pas parce qu’il possède un matériel des plus sophistiqué. Tant qu’il a des choses à dire, un très bon photographe peut tout autant faire ses images avec un polaroïd qu’avec un smartphone ou un reflex. Il y a donc pour moi l’artiste visuel, avide de retouche et du beau, du graphisme où tout autre aspect visuel. Celui qui fait oublier et qui fait du bien aux yeux. Quoique celui-ci puisse tout autant faire parti du second, comme Benjamin Von Wong par exemple. Et il y a le passeur, celui qui décide de transmettre, de véhiculer un message, d’être témoin. Celui qui fait réfléchir et qui fait du bien a l’âme. 

Devoir de mémoire - Histoire de retouche

Le vrai problème

La vraie question est la question du parfait, du formatage. On ne sait plus qui on est vraiment. On cherche toujours à aller plus loin, à faire toujours plus à défaut d’en oublier ce qui est réellement important. Et je ne parle pas de cette recherche de PERFECTION seulement dans le monde de la photographie mais bien en général. 

Le problème est tout simplement un problème de société. Et non pas qu’une histoire de retouche. On n’a pas conscience des enjeux, ou alors on les ignore. Une image parfaite pour se convaincre soi-même, ou bien pour ressembler à un idéal qu’on a nous a mis dans la tête. C’est une vraie pression sociale générée par un surplus de consommation. Un trop plein de tout. Trop de choix, trop d’alternatives, trop de tentations. Et c’est valable pour tout, comme le confort d’une habitude de vie à l’encontre d’une planète en voix d’extinction par exemple…

Mais alors, est ce que je retouche mes images ?

Alors oui, et non ! Pour moi il existe plusieurs formes de retouche :
• La retouche à proprement parlé qui consiste à transformer ou modifier la prise de vue initiale
• Et le post-traitement d’autre part qui veille à la cohérence des images d’une série en terme de luminosité et de colorimétrie dans son propre style

Post-traitement basique
Post-traitement basique
Post-traitement basique
Prise de vue initiale
Prise de vue initiale

Et s’il y a éventuellement un hématome ou un petit bouton, une marque de peau très éphémère, je peux éventuellement la faire disparaitre. Mais en aucun cas je n’effacerai une cicatrice, un angiome, ou une quelconque marque de peau identifiant une personne. Car il est pour moi essentiel de ne pas dénaturer QUI elle est.

Retouche peau légère marque éphémère
Retouche peau légère marque éphémère
Retouche peau légère marque éphémère
Prise de vue initiale
Prise de vue initiale

Alors si votre envie est de ressembler à toutes ces femmes de magazine, mannequins ultra maigre, ou jeune de moins de 20 ans alors que vous en avez 40. Très peu pour moi. Vous avez l’embarras du choix en terme de photographes ou de crème anti-rides. Moi j’aime la vie, une vie vécue et à vivre. J’aime les vêtements tachés parce qu’on s’est roulé par terre, j’aime les nombrils tout neufs des nouveau-nés à la maternité, j’aime la pluie qui ruisselle sur vos cheveux ou le vent qui les emmêle, j’aime les manucures imparfaites, j’aime les lignes de grossesse et les vergetures, j’aime les regards espiègles, j’aime les émotions qui jaillissent de nos rencontres, j’aime les cheveux blancs et les rides, j’aime les moustaches de chantilly…

Etre en accord avec son photographe

Si mon approche photographique vous parle, vous avez frappé à la bonne porte. Sinon, et loin de vous le reprocher car je respecte les opinions et les envies de chacun, je vous laisse trouver LE ou LA photographe qui vous conviendra davantage.

Accepter un photographe dans son intimité et lui confier la responsabilité de son image n’est pas anodin. Aussi, je pense qu’il est essentiel de connaitre son photographe, d’échanger avec lui ou tout simplement de lire sa biographie (la mienne est ici). Avoir les mêmes valeurs en ce qui concerne l’image et être sur la même longueur d’onde, c’est ce qui fera de votre séance, une séance photo réussie et qui vous plaira.

Je vous souhaite donc de belles images, en accord avec vous-même, vos principes et vos valeurs, et en accord avec votre photographe afin de créer un patrimoine inestimable de votre famille.

CONTACTEZ-MOI

T. 0632558498

E. contact

agnescolombo-photographebebeparis

 

SUIVEZ-MOI