Vos questions sur mon métier de photographe

Le métier de photographe est apparement le « métier préféré des français ». Mais croyez-moi, même si j’adore mon métier, je suis loin de n’appuyer que sur un bouton. Être photographe professionnel est bien loin de l’idée que je m’en faisais au départ, être photographe, tout comme être coach ou tout autre métier, c’est avant tout être un indépendant et un chef d’entreprise. Vous êtes nombreux à vous poser toute sorte de questions concernant mon métier. Je vous ai donc laissé la parole sur Instagram, et vous ai promis d’y répondre sincèrement et sans limite. Alors c’est parti.

Des questions sur mon métier de photographe ? (No limit)

Vos questions sur mon métier de photographe

Qu’est ce qui différencie un photographe pro d’un amateur ?

Ah, la bonne question ! Et bien je dirais : UN NUMERO DE SIRET ! Il n’est aujourd’hui absolument pas obligatoire de faire une école pour être photographe professionnel. Je ne l’ai d’ailleurs pas fait moi-même. J’ai appris avec mes pairs. Mais s’il y a bien une formation qui devrait être obligatoire c’est bien entendu celle des photographes qui manipulent des bébés. En effet, toutes les photos de type « newborn posing » que l’on voit un peu partout nécessitent une formation au préalable et surtout une prise de conscience que beaucoup de retouches sont nécessaires pour certaines images !

Et puis, il ne suffit pas de savoir faire de jolies photos pour pouvoir en vivre. Un professionnel est quelqu’un qui paie ses factures grâce à son métier – même si beaucoup de photographes font de cette passion la possibilité de gagner un peu d’argent de poche en plus de leur travail alimentaire. Il est donc nécessaire de se former à tous les outils de communication, marketing, gestion administrative et financière en plus d’être expert dans son métier. C’est ce qui s’appelle être un chef d’entreprise.

© William Sanchez

J’ai l’impression que tu travailles moins qu’à une certaine époque ?

Oui, et non ! Disons que depuis 2011, mon activité s’est développée de plus en plus, en effet. J’ai donc répondu à la demande, jusqu’à changer mon statut d’entreprise lorsque j’ai ouvert le studio en 2016. Mais je me suis finalement rendue compte que mon objectif de vie n’était pas d’en faire « toujours plus ». Les contraintes d’une société, le stress de devoir travailler encore plus à défaut d’être avec ma famille et d’avoir du temps pour moi m’ont clairement fait prendre conscience de mes priorités.

J’ai donc fait le choix de réduire mon activité pour répondre à un besoin de bien-être à défaut d’une envie financière. J’ai au fur et à mesure réduis le Mariage pour me consacrer à la Grossesse, Bébé et aux Familles. Et même si je développe le Corporate, cette activité me fait travailler en semaine et non le week end ;-) Le fait aussi d’être moins présente sur les réseaux sociaux vous donne sûrement l’impression d’une baisse d’activité. Moins présente sur les réseaux mais beaucoup plus présente sur le blog puisque je publie un article tous les mercredis. Mais forcément, il faut faire un effort supplémentaire pour aller sur le blog, tandis que les réseaux sont si faciles d’accès. Tout vient à nous.

Parfois des ras le bol ?

Jamais de ras le bol quant au fait de faire des séances photos. J’aime aussi post-traiter mes images et bloguer. Mais souvent des ras le bol de tout l’aspect administratif (qui est moindre aujourd’hui puisque je suis de nouveau en micro-entreprise), et du stress que cela engendre.

Comment fais-tu pour rendre tous tes clichés du quotidien aussi magnifiques ?

Oh alors ça, c’est très gentil ! Mais je ne fais pas grand chose ! J’adore raconter mon quotidien en image et le mettre en page dans des albums ou le partager sur Instagram. Il peut y avoir du bordel ou alors être très rangé. J’aime échanger avec ma famille ou mes followers sur diverses thématiques. Je sais aussi que beaucoup de mes clients me suivent sur Instagram et je me sens davantage proche d’eux de cette manière. Les suivre aussi, voir leurs enfants grandir, c’est comme une série quotidienne qui me met du baume au coeur. Sinon, la recette de jolies images reste la même tant qu’on y met de la lumière, une volonté de dire ou de faire passer un message, et beaucoup d’amour :)

Le meilleur et le pire souvenir de tes débuts ?

Le meilleur souvenir sera toujours les compliments de mes premiers clients. Ceux de mes amis en premiers bien sur et qui m’ont toujours soutenus mais aussi des premières personnes qui ont fait appel à moi sans me connaitre et qui ont apprécié mes images.

Le pire quant à lui, restera les retours négatifs d’une cliente qui a été exécrable et qui n’attendait qu’une seule chose, que je la rembourse. Chose que je n’ai bien entendue pas faite en voyant toutes mes images sur son site internet de Yoga, sensiblement pas si moches que cela. Mais ses retours ont été d’une telle force qu’à peine je venais de commencer mon activité de photographe que je voulais déjà l’arrêter. En début d’activité on a déjà si peu confiance en soi, rien de mieux que de retours médisants et non constructifs pour vous casser en deux. Mais il parait que c’est comme ça qu’on apprend :)

Comment as-tu commencé ? (Type photo, matériel)

Il y a quelques années, j’ai écris des articles qui pourraient répondre à cette question : La photographie, une vocation ? et Un super boitier pour une super photographe. Tu peux même aller plus loin avec Ma formation photographique. Je pense que tu auras toutes les réponses souhaitées :)

Combien de séances par semaine ?

Cela dépend ! Je peux en faire 8 comme 0. Et ce qui est important, c’est surtout le panier moyen que cela me rapporte. Comme je suis de nouveau en Micro-entreprise, j’ai un plafond à ne pas dépasser car je souhaite pour le moment rester en franchise de TVA. Donc je fais attention à ne pas faire trop de séances par mois, ou alors à bien équilibrer sur l’année. La tarification de mes séances a donc été très réfléchie pour me tenir à mes objectifs. Il y a forcément des saisons où je travaille plus que d’autres car je fais beaucoup de séances lifestyle en extérieur. Mes clients préfèrent en règle générale se balader en sandalettes plutôt que de sauter dans les flaques d’automne ! Dommage !

Et c’est ton vrai métier ou tu as autre chose à côté ?

Hahahha. Et oui, c’est mon vrai métier depuis 2013 à temps plein et je paie TOUTES mes factures avec ! Je reste persuadée que l’on fait les choses correctement à partir du moment ou l’on s’y met à temps plein !

Est-ce qu’il vous arrive de prendre des stagiaires ?

Oui ! J’ai déjà pris une stagiaire de seconde en option communication visuelle pendant 6 semaines. Mais en travaillant chez moi et en ayant parfois peu de séances en semaine, il n’est pas très interessant pour un stagiaire de 3ème de venir 1 semaine avec moi. Surtout que je souhaite garder la liberté de faire ce que je veux de mes journées, faire du sport, aller voir une expo ou déjeuner avec un collègue. Mes journées sont souvent saccadées.

En vivez-vous ?

Et oui j’en vis depuis 2013. Je ne gagne pas des milles et des cents mais je gagne la liberté d’être indépendante et tout juste ce qu’il me faut pour payer mon loyer et partir en vacances avec ma famille. C’est tout ce qui m’importe. Si j’avais voulu être riche, j’aurai fait un autre job ! Mais ce métier me convient et ce qu’il m’apporte aussi !

Vos questions sur mon métier de photographe

Voilà, j’espère avoir répondu à toutes vos questions comme vous l’espériez. J’ai essayé d’être la plus transparente possible. N’oubliez pas que je donne des formations et que j’aime partager mon univers et ma passion.

Ajouter un commentaire...

Your email is never published or shared. Required fields are marked *